Instruction

3 raisons pour lesquelles mon fils n’est pas scolarisé cette année

Si vous me suivez sur Facebook, vous avez sûrement vu passer une publication où je vous disais que Mon Grand de 4 ans n’est pas scolarisé.

Voici trois raisons qui nous ont amené à ce choix.

Pas le temps de choisir son école

Arrivé aux trois ans de mon fils, la question fatidique de l’école s’est posée. Pour diverses raisons, je n’étais pas à l’aise à l’idée de le mettre dans une école « classique ».

J’avais notamment besoin d’avoir la certitude qu’il retrouve à l’école la même bienveillance qu’à la maison. Que ses émotions soient écoutés. Qu’il ne subisse pas de Violences Educatives Ordinaires.

Notre choix s’est donc tourné vers une petite école alternative, gérée par les parents et qui mettait l’écoute de l’enfant au coeur de son projet pédagogique. Il y a passé sa première année d’école maternelle.

Globalement, nous avons été contents de cette école. Les adultes étaient formés à la Communication Non Violente et savaient accueillir les émotions des enfants, Mon Grand a pris du plaisir à apprendre et à rencontrer d’autres enfants, l’école était ouverte aux parents et nous étions rassurés d’avoir une bonne visibilité de ce qu’il s’y passait.

Et puis, à la fin de l’année scolaire, B. a obtenu un poste dans une autre région. Je vous passe les détails mais entre le « vous êtes pris » de sa nouvelle boîte et son premier jour de travail, il s’est écoulé un mois.

Un mois pour mettre en vente notre maison, trouver un logement dans une région que l’on ne connaissait pas et déménager.

Autant dire que cela ne laissait pas beaucoup de temps pour chercher l’école de nos rêves. On a donc choisi notre point de chute en fonction du temps de trajet domicile-travail de B., en laissant de côté la recherche d’école.

Respecter son besoin de moi

Même si Mon Grand s’est globalement plu à l’école, tout au long de l’année, périodiquement, la séparation du matin devenait très difficile. Il s’accrochait à moi en hurlant. Il me disait qu’il voulait être avec moi.

Je pense qu’il vivait mal le fait que je rentre à la maison avec son petit frère. Peut-être se sentait-il exclu, d’autant que Mon P’tit Deuz a une tendance à être… très prenant !

Je crois aussi tout simplement qu’à son âge beaucoup d’enfants ont encore un grand besoin de leur mère.

De mon côté, je me sentais coupable d’être en congé parental et de ne pourtant déléguer les soins et l’éducation de mon fils une partie de la journée. Cela me semblait illogique !

A la fin de son année scolaire, je lui ai donc demander s’il voudrait faire l’école à la maison l’année suivante. Sa réponse a été sans appel: un oui franc et massif !

Respecter son rythme et ses besoins

Dans la pédagogie Montessori, pratiquée dans son école, le mouvement est très important. Les enfants ne sont pas assis derrière un bureau, ils peuvent se déplacer librement. Mon Grand avait parfois même mal aux jambes à la fin de la journée !

Pourtant, un des points qui pesait à mon fils lors de son année scolaire c’était de ne pas pouvoir courir autant qu’il voulait la journée.

Par ailleurs, son éducatrice nous disait qu’il travaillait volontiers quand elle lui proposait, mais qu’il n’était pas forcément plus demandeur que ça.

Deux points qui me confortaient dans l’idée que la place de mon enfant n’était pas entre quatre murs.

Enfant scolarisé
Voilà où est plutôt sa place en ce moment !

Ici, je ne me fixe aucun objectif pédagogique. J’ai un peu de matériel et on l’utilise quand on en a envie – en général, je propose des activités pendant la sieste de Mon P’tit Deuz.

Enfants non scolarisé
Pas besoin d’aller à l’école pour faire de la géométrie !

Le reste du temps, on vit juste normalement. J’accorde une importance particulière à aller dehors tous les jours, une ou deux fois. On se ballade dans la nature, on va à l’aire de jeux, on va en ville…

Mon fils passe beaucoup de temps à courir, grimper, sauter (d’ailleurs, pas que quand on est dehors). Cela répond à son fort besoin de mouvement qui était un peu brimé à l’école.

Il est content aussi quand je lui propose des activités pédagogiques, notamment parce qu’il sait qu’il n’y a rien d’obligatoire. D’ailleurs parfois, il me rembarre gentiment et préfère qu’on fasse un jeu ou un dessin ensemble.

En bref, je l’intègre à la vie quotidienne tout en suivant son rythme et ses demandes.

Enfants non scolarisés
En n’y passant pourtant que peu de temps, Mon Grand commence à lire… parce que ça l’interesse ! 
En n’y passant pourtant que peu de temps, Mon Grand commence à lire… parce que ça l’interesse !

 

Et vous, avez-vous scolarisé vos enfants?

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimez mes articles ? Super ! Suivez-moi :)