Père Noël ne pas faire croire
Les articles préférés,  Parentalité consciente

4 raisons de NE PAS faire croire vos enfants au Père Noël

Avant de devenir maman, je n’imaginais même pas que des parents faisaient le choix conscient de ne pas raconter l’histoire du Père Noël à leurs enfants. Je pense que je les aurais vite cataloguer de rabat-joie ou de hippies un peu bizarres.

Pourtant ici, quand la question s’est posée, nous avons décidé de ne pas intégrer le gros- barbu-à-traîneau (le père noël) à nos fêtes de Noël.

Voilà quatre raisons de ne pas faire croire vos enfants aux Père Noël.

Privilégier l’honnêteté avec ses enfants pour noël

Dès la naissance de Mon Grand, nous avons fait le choix d’établir avec lui une relation basée sur l’honnêteté, ce qui implique bien sûr l’absence de mensonges.

Vous savez, ces mensonges qu’on dit pour éviter les crises (« il n’y a plus de gâteau  » au lieu de « j’ai rangé les gâteaux car je pense que tu en as assez mangé »), pour éviter d’assumer ses responsabilités   (« ton jouet est cassé » au lieu de « j’ai enlevé les piles parce que ça me cassait la tête ») ou encore ceux qu’on peut dire pour obtenir plus rapidement ce que l’on souhaite (« si tu ne viens pas tout de suite, on part sans toi »).

Bref, dès le début, notre relation avec notre fils était basée sur la confiance et la transparence. Du coup, forcément l’idée de lui raconter un bobard (même un sympa) nous mettait vraiment mal à l’aise. Et cela d’autant plus, que nous avions en tête qu’en grandissant, il risquait de poser de plus en plus de questions pertinentes qui nous aurait entraîner à raconter toujours plus de bobards pour garder le secret intact. Nous n’avions pas envie de rentrer dans cette spirale.

Certains diront « oui, mais c’est un joli mensonge, c’est pour leur faire vivre la magie de Noël ». Joli ou pas, je pense que cela reste un mensonge qui peut entacher la confiance que votre enfant à en vous. Si Papa et Maman m’ont menti sur ça, sur quoi d’autres? Est-ce qu’ils se moquaient de moi en inventant toutes ces histoires?

Personnellement, je ne me souviens pas avoir vécu comme une trahison l’annonce que le Père Noël n’existait pas. Mais j’ai déjà entendu ou lu plusieurs témoignages qui vont dans ce sens et je ne souhaite pas prendre ce risque pour mes enfants.

Respecter l’innocence pré-noël de vos enfants

Vos enfants sont innocents et vierges de toutes expériences quand ils naissent.

Ce que vous leur racontez est parole d’évangile et ils vous croiront sur parole si vous leur racontez l’histoire du Père Noël. J’ai le sentiment que parfois cela se fait un peu « sur le dos » des enfants. Sourires de connivences entre ceux qui savent, chuchotements, cachotteries…

Même si les intentions sont bonnes, il s’agit quand même de les exclure d’un club », le club de ceux qui savent. De mon point de vue, c’est d’une certaine façon se jouer de leur naïveté.

Par ailleurs, interrogeons nous aussi sur les raisons qui peuvent nous pousser à faire croire au Père Noël. Pour leur faire plaisir? Vraiment?

Pour ma part, j’ai quand même l’impression que ce sont les parents qui se font le plus plaisir en racontant cette histoire. Peut-être est-ce une manière de retourner dans le monde de l’imaginaire sous prétexte de développer celui des enfants.

Leur faire vivre la VRAIE magie de Noël

Quand on a annoncé notre volonté de ne pas faire croire nos enfants au Père Noël, plusieurs personnes ont suggéré que cela les privait de « la magie de Noël ».

Je ne sais pas pour vous, mais moi quand je me souviens de mes Noël d’enfant, je n’ai aucun souvenir relié directement au Père Noël.

Je me souviens de l’attente, je me souviens des préparatifs, je me souviens de la joie de recevoir et plus tard de celle d’offrir. Je me souviens des bons repas, du coucher tard et du lever tôt et du marathon pour enchaîner les différentes familles, les différentes ambiances.

Oui, vraiment pour moi, la magie de Noël n’est pas concentrée dans cette histoire de Père Noël.

Et je vais même plus loin, en affirmant que sans Père Noël, il y a encore plus de magie et de joie pour vos enfants! La joie de réaliser à quel point ses proches se sont investis pour eux, celle de ressentir et d’exprimer leur gratitude envers de vraies personne et enfin celle de s’investir aussi dans la préparation des cadeaux pour les autres.

Le père noël, une histoire d’adultes, alors laissons vivre LEUR imagination d’enfant

Je lis ou j’entends parfois comme argument en faveur du Père Noël  « laissons nos enfants vivre dans leur monde imaginaire ! ».

Et contrairement à ce que vous pouvez peut-être penser à la lecture du début d’article, je suis tout à fait d’accord. Laissons leur vivre LEUR imaginaire.

Cette histoire de gros barbu au manteau rouge qui distribue les cadeaux est une histoire inventée par les adultes (et par Coca-Cola, mais c’est une autre histoire). Elle sort de l’imaginaire des adultes, pas de celui des enfants !

Pourquoi vouloir uniformiser l’imagination des enfants avec une seule et même histoire pour tous?

Pensez-vous vraiment que vos enfants aient besoin de vos histoires pour exercer leur imaginaire?

Personnellement, je pense que le moins on intervient, le plus ils développent leur propre imaginaire.

Et vous, racontez-vous l’histoire du Père Noël à vos enfants?

Partagez avec amour !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

53 Comments

  • Pillowlava

    Nous n’étions pas pour faire croire au Père Noël à notre fils de 4ans mais… C’était sans compter l’école et le matraquage du reste de l’environnement.
    « Maman le père Noël il existe ?
    – ben je sais pas tu en penses quoi toi ?
    – ben oui, il est VENU A l’école »
    Et la mon mari très fourbe  » Et il était pareil que celui du Noël de l’entreprise de maman? »
    -Non mais c’était le père Noël quand même »

    Et pareil j’ai fait un calendrier de l’Avent, en remplissant chaque jour une pochette avec un chocolat (#Maman a l’arrache). Le premier jour il me demande d’où vient le chocolat. Je lui dis c’est les parents qui le mettent, c’est pour attendre Noël, etc… Il tirait la tête. Le lendemain il me repose la question. Je lui dis « ben c’est les lutins de Noël ». Et cette réponse là l’a enchanté.
    Donc je suis d’accord, un enfant qui veut vraiment croire, on ne le fera pas dé-croire comme ça !

  • Mamande4

    Mais si on DÉCIDE de ne pas leur FAIRE CROIRE au Père Noël alors on leur IMPOSE notre croyance ?
    Moi j’ai des enfants qui ont eu envie d’y croire … un certain moment. Et puis ensuite ils on laissé tomber. Tout comme j’ai eu des enfants qui ont voulu croire aux fées, aux elfes, aux dragons, à Jésus ou à Ganesha.
    Dans ce que vous dites, finalement, VOUS IMPOSEZ le rejet du Père Noël à votre enfant. C’est exactement LA MÊME CHOSE que si vous l’imposiez en fait. Que feriez vous si votre enfant vous disait: « Mais j’ai envie d’y croire? ».
    Ici on a dit à nos enfants: « C’est comme vous voulez. Y a des gens qui y croient, d’autres non. Il n’y a pas de bonne réponse et je ne vais certainement pas décider pour vous de ce que vous devriez croire ou non. »
    Idem pour Jésus, la petite souris ou n’importe quelle autre légende (ça marche aussi pour les superstitions). Par contre, comme pour toutes les autres croyances, on respecte celles des autres (il ne nous viendrait jamais à l’esprit de dire à un croyant « ton dieu il n’existe pas en vrai », alors on fait pareil pour le Père Noël).

    • parents, ça s'apprend !

      Sauf Qu’ à priori il est avéré que le père noël n’existe pas ;)! Donc dire qu’il n’existe pas n’est pas véhiculer une croyance mais un fait… Et c’est encore différent de la religion puisque la rien n est avéré et que les parents partagent leurs croyances, ils s’inventent pas une histoire spécialement pour les enfants ! Ceci dit, si un de mes enfants à envie d’y croire je ne m’en empêcherai pas mais je n’alimenterai pas la croyance !!

  • Maïlys LD

    J’ai tout remis en question il y a environ un an ou deux ! En lisant un article du même style que vous. Moi je me rappelle surtout de la déception du jour où j’ai découvert que le Père Noël n’existaient pas (ou même la petite souris). J’étais sacrément déçue que l’on m’ait menti et d’un autre côté, drôlement satisfaite d’avoir déjoué les mensonges de mes parents. Depuis cet article, j’ai décidé de ne pas faire croire au Père Noël lorsque j’aurai des enfants.

    J’en ai d’ailleurs parlé à mon chéri le weekend dernier. Évidemment, il n’est pas d’accord, car pour lui ça fait partie de l’esprit de Noël et que si nos enfants veulent y croire on n’a pas besoin de leur dire qu’il n’existe pas. Pour lui, il ne dira ni qu’il existe, ni qu’il existe pas. Ça me parait compliqué mais pourquoi pas.

    A mes yeux, il s’agit d’un mensonge. Je souhaite que mes enfants puissent remercier les personnes qui leur offrions des cadeaux et éventuellement en offrir à leur tour, ou écrire une petite carte, faire un petit dessin. Penser d’eux-même qu’ils ont envie d’offrir telle ou telle chose à telle ou telle personne. Pour moi c’est ça l’esprit de Noël, la gratitude, le partage, les moments ensemble, cosy et dans une ambiance festive.

    Lorsque l’on prend cette décision, on s’oppose aussi aux restes des parents qui aurons choisi de faire croire au Père Noël. Quant les autres enfants leur parlerons du Père Noël et que les nôtres leur affirmerons que non, il n’existe pas.

    Je suis aussi totalement d’accord pour le fait que cela amène énormément de chantage, toute l’année mais surtout à l’approche de Noël.

    Dans cet article que j’avais lu, la maman expliquait qu’elle avait appris à sa fille (de 3ans !) de respecter le fait que les autres enfants pensent que le Père Noël existe. Et qu’elle lui avait aussi expliqué que le Père Noël était un personnage de conte, imaginé pour les histoires. Je ne sais pas trop comment elle a réussi à transposer cela, mais l’idée me paraît excellente.

    Je n’ai pas d’enfants à moi pour le moment, choisir de faire croire au Père Noël serait à mes yeux « la solution facile ». Par contre, dans l’exercice de mon métier, il faut aussi que j’aille dans le sens des parents, tout en essayant de ne pas mentir – c’est pas facile cette affaire !! Heureusement, pour les deux enfants que dont je m’occupe actuellement, leurs parents ne leur font pas croire au Père Noël. Pas de liste envoyée, ni de chantage à coup de « Le Père Noël ne viendra pas si tu n’es pas sage ». Quant aux cadeaux, c’est Papou, Mamou, tonton, tata, papa, maman, Maïlys qui offrent !

    • parents, ça s'apprend !

      Ici, je n’ai pas la pression des « autres enfants », parce que les miens sont les seuls de leur génération dans ma famille et qu’ils ne sont ni gardés ni scolarisés ! Mais quand bien même, je pense qu’un enfant qui veut vraiment continuer à croire ne se laissera pas démonter par un camarade qui lui affirme le contraire… et puis, en effet, rien n’empeche des les briefer, s’ils sont en âge de comprendre !

  • Maryel

    Pour ma part on est vague… j’explique que le père noël est une jolie histoire qu’on raconte à noël et que les pères noël qu’on croise sont des personnes déguisées… je laisse le doute en précisant que le principal c’est tout ce qui se passe autour… mais ils ont envie d’y croire quand même… quand on parle des cadeaux je ne me cache pas pour dire j’ai acheté tel cadeau pour intel et tel autre pour intel… bref pas de mensonge mais pas de vérité cash on fait progressivement pour ne pas trop gâcher le plaisir des grands parents qui ont envie qu’ils y croient
    Mais ils ont 4 et 6 ans donc ils vont vite comprendre comment ça fonctionne…

    • parents, ça s'apprend !

      Merci du partage ! A certains moments, mon fils « fait semblant » d’y croire. Je ne le matraque de « mais non, je t’ai déja dit que ça existe pas!! » . Je fais un peu comme vous, dans ces cas là, je ne dis rien de spécial et je continue à faire les cadeaux devant lui 🙂 Dans ce cas la, il ne s’agit pas d’aller contre ses envies, s’il a envie à un moment d’y croire, mais plus pour moi de rester droite dans mes bottes !

    • Maïlys LD

      Bonjour Fred,

      Je crois que la religion est une question absolument différente. Il me semble que pour les personnes croyant en Dieu, ce Dieu est BIEN RÉEL. Il ne s’agit pas là d’imagination ou de contes. Je pense que c’est l’esprit des athées qui affirme que Dieu n’existe pas, mais qu’en savons-nous réellement ? Si vous ne croyez pas en l’existence de Dieu, c’est que vous êtes athée et vous n’avez donc aucun raison de mentir à vos enfants ou de démentir les croyances des religieux. 🙂

  • Bourgeois

    Bonjour, je suis très intéressé par votre article. Mon fils a 3 ans jusqu’à présent je pensais lui faire croire au père Noël car je pensais dommage de le priver de cette magie comme je l’avais vécu petite. Mais aujourd’hui je suis mitigée car je ne suis pas dans l’optique de mentir à mon enfant et je n’aime pas quand son père le menace à chaque bêtise que le père Noël ne passera pas.
    De plus il a peur du père Noël, donc pourquoi m’obstiner. Mais je me demande comment maintenant lui dire la vérité et aussi. Et si je lui explique comment faire en sorte qu’ il n’en parle pas aux enfants. Comment avez vous procédé ?

    • parents, ça s'apprend !

      Bonjour. Ici, je n’ai rien fait de spécial par rapport aux autres enfants car ils sont les seuls de la famille et non scolarisé/gardé cette année. Après, je ne vois pas ça non plus comme un problème… les enfants qui croient sont de toute manière aussi en contact avec ceux qui ne croient plus, c’est la même configuration. Et je pense aussi qu’un enfant qui veut vraiment y croire ne se laissera pas abattre par les dire d’un autre enfant.

  • Julie

    Père Noël vient de saint Nicolas qui a sauvé des enfants. Les américains ont reprit saint Nicolas . L’ont engrossé, modifié et il est devenu le père Noël… Ensuite coca cola a décidé que père Noël serait rouge et non vert….
    Il est interessant je pense, quand ils sont en âge de comprendre, d’expliquer l’origine du fameux père Noël. En Belgique on fête saint Nicolas 🙂 mais pareil, on fait croire qu’il apporte des jouets et qu’il faut donner a manger a son âne… :/ j’ai un petit bout de 2mois, je ne sais pas trop comment faire pour expliquer qu’il a existé, que maintenant c’est nous qui donnons sans perturber les croyances des cousins cousines de notre loulou quand il sera + grand :/

    • parents, ça s'apprend !

      Merci de votre partage ! En effet, le fait d’avoir des cousins / cousines qui croient rend les choses plus délicates. Et en même temps, les enfants qui veulent croire croient quelque soit ce qu’ils entendent… Ce sont les parents qui se tendent pour ces questions, non?

  • Blanchard

    Bonjour . Moi j’ai su toute petite que le père noël n existait pas car mon père ne voulait pas me raconter de bobard . Le prob , c est que depuis je garde une rancoeur contre mes parents de ne m’avoir pas raconté cette histoire car du coup , secrètement je voulais y croire et je me suis persuadée qu il existait jusqu a mes 13 ans et la chute a été encore plus brutale ! Et même encore maintenant je suis super déçue qu on ne m’ait pas laissé la possibilité d y croire . En tout cas , personnellement , ça ne m’a pas été bénéfique .

    • parents, ça s'apprend !

      Merci de votre partage. J’imagine que c’est la pression de la société qui a été difficile à vivre dans votre cas? Le fait de se sentir différent? C’est sur que c’est un risque à prendre en tant que parent, pour ma part je préfère prendre ce risque la que le risque qu’ils se sentent trahis par moi. C’est un arbitrage qui appartient a chacun 🙂

  • Gros

    Ici on ne savait pas trop quoi faire. Les grands-parents, la crèche se sont chargé pour nous d’emmener l’histoire du père Noël. On laisse la chose se faire mais sans rentrer dans le mensonge.
    Notre fille de 3 ans nous en parle mais pas de lettre au Père Noël, on lui a dis de nous montrer ce qu’elle souhaiterait. Je parle devant elle des cadeaux que je prend aux autres, j’ai même passé des commandes sur internet avec elle à côté et quand elle me posait la question, lui dire que je regardais les cadeaux pour son cousin.
    Ce qui est compliqué c’est quand nos neveux et nièces y croient, que leur parent le souhaite, et qu’il faut jouer le jeu.
    J’ai lu un article là dessus que je trouvais intéressant : expliquer à nos enfants que nous sommes tous des pères Noël les uns pour les autres. Si il pensent croire au Père Noël (avec l’ecole, les copains…), le laisser faire et le jour où il découvre la vérité ou se pose la question lui expliquer le coup des pères Noël. Que lui aussi peut être un père noël pour quelqu’un si il le souhaite et peut offrir des cadeaux.
    Ça évite peut être qu’il se sente trahi? Il devient lui aussi un père noël.
    Moi je trouve que c’est ça aussi la magie de Noël, se faire plaisir en faisant plaisir à l’autre.
    Nous allons préparer un cadeau de noël pour la maîtresse, sa marraine, ma fille sera là et saura que c’est pcq à Noël on offre des cadeaux aux gens qu’on aime.
    Sinon on rentre encore dans un mensonge de justifier pourquoi on apporte un cadeau à la maîtresse?!
    Très compliqué ce positionnement je trouve. En tout cas votre article et très intéressant et un bon appuis!

  • Léa

    Merci pour ce partage de réflexions ! Nous avons aussi choisi de dire la vérité à nos enfants qui sont encore petits. Mais ils sont vivement intéressés par cette histoire de Père-noël comme une histoire parmi d’autres. Ils adorent mais savent que ce n’est la réalité. J’ai personnellement souffert des mensonges des adultes sur le père-noël quand j’étais petite, les rires incompréhensibles des adultes (ils se moquent de moi ?), la crainte qu’il ne vienne pas (l’éternelle blague du grand-père: « ah peut-être que cette année il ne viendra pas, il ne va rien amener ! »…), la frustration de ne pas avoir ce qu’on lui avait secrètement demandé, pensant qu’il savait tout (puisqu’il est supposé savoir si on a été sage ou non), la déception quand on apprend qu’il n’existe pas…et la honte d’avoir cru à tout ça (encouragée par les rires (certes voulus bienveillants) des adultes devant notre naïveté)…
    Bref ! Vive l’honnêteté et le respect envers les enfants 🙂

  • pcpmom

    On se posait encore la question et puis notre mathématicien fou de 3 ans d’âge est rentré de l’école en expliquant bien que cette histoire d’amener des cadeaux à TOUT le monde en UNE nuit c’était pas possible. On a donc pris le parti de lui faire comprendre que certes non, mais que si ça faisait plaisir aux copains d’y croire, fallait laisser les copains croire. Pour lui c’est donc comme Dieu de Papi, on y croit si on veut. Jusque là il a bien respecté l’accord implicite et maintenant que les copains commencent à avoir des doutes, il donne ses arguments en commençant toujours par « À MON avis PERSO… »

  • Laeticia Deleage

    Je me suis aussi fait cette réflexion avec la naissance de ma fille.
    J’ai annoncé l’année dernière à la famille que nous ne voulions pas lui mentir au sujet du père Noel et que pour moi Noel ce n’était pas juste une histoire de cadeaux et de père Noel. Je vous épargne les réflexions auxquelles on a eu droit.

    Cette année ma fille a 3 ans, je ne parle pas du père Noel, mais elle est en garderie et tous les autres enfants en parlent. Elle a commencé à me dire que le père Noel amenait les cadeaux et que son ami n’en aurait pas car il était pas sage 🙁
    Ca m’enerve tellement ce chantage fait aux enfants!!!!

    je ne sais pas comment réagir, et je ne sais pas quoi lui dire, en plus son père et moi venons juste de nous séparer alors cette année Noel va être encore plus spécial.
    Si je lui dis que c’est faux, elle va le dire à ses amis et je ne peux pas aller contre les choix des autres parents (je travaille dans sa garderie avec son groupe). Mais je ne veux pas non plus nourrir cette histoire.

    Pour info, j’ai déjà l’étiquette de grano/hippie qui ne fait rien comme tout le monde (je suis naturopathe).
    Mais ouf que je trouve ça difficile…

    • parents, ça s'apprend !

      Oh oui je vous comprend ca ne doit pas être évident. J’avoue que je n’ai pas ce problème car pas d’autres enfants dans la famille et pas d’école ni de crèche. En revanche, je crois que même si votre fille gaffe, ca n’empêchera pas les enfants qui veulent croire de croire… Je me souviens très bien d’une copine a l’école à laquelle je disais que père noël n’existait pas ( et pourtant j’y avais cru, c’est juste que je n’y croyais plus :)) et qui me soutenait mordicus que si, car ses parents n’avaient pas les moyens de lui offrir des cadeaux. Quoiqu’il en soit, je vous envoie plein de soutien pour ce noël particulier.

    • Coralie

      Moi aussi apparemment je suis une bobo hippie connerie xD j en souffre beaucoup car ont ma même dit que j était pas normal avec mon fils.. Comme quoi.. Mais je me questionne du coup est ce que je doit lui laisser cette magie ou pas je ne sais pas. J ai pas souffert de ne pas le savoir. En faite je me souvient même pas qu’on me l’est dit. Je pense simplement l avoir appris en grandissant.

  • Lucas

    Je trouve votre volonté de privilégier l’honnêteté avec vos enfants, proprement admirable. Je n’ai pas d’enfants moi-même, cela ne m’empêche pas d’être assez mal à l’aise avec le fait que les membres de ma famille (ou certains de mes amis) choisissent, eux, de mentir à leurs enfants sous prétexte de vouloir perpétuer une tradition dont les origines sont intimement liées à des croyances religieuses qu’ils ne partagent pourtant pas…

    En revanche je m’attriste de vous voir relayer dans votre article, par ailleurs intéressant, la pensée populaire (voire conspirationniste) selon laquelle le Père-Noël est une invention de Coca-Cola. C’est tout simplement faux, Coca-Cola n’a pas inventé le Père Noël. Le personnage de Santa Claus a été dessiné, dans la conception moderne que nous avons, par l’illustrateur Thomas Nast pour le Harper’s Weekly en 1863. Mr Nast a fait évolué le look de son personnage a plusieurs reprises avant d’adopter sa forme définitive, et bien connue aujourd’hui, en 1881 (illustration « Merry Old Santa”). Ce n’est qu’en 1931 (50 ans plus tard après l’adoption de sa forme définitive) que Coca-Cola, pour booster ses ventes (assez faibles en hiver) décide d’utiliser l’image de ce personnage et demande à l’illustrateur Haddon Sundblom de customiser Santa Claus, qui le représentera buvant au goulot la fameuse bouteille en verre. Je vous fais grâce de l’historique complet des représentations du Santa Claus « moderne » parues entre 1881 et 1931 (elles sont nombreuses) sachez toutefois que vous pouvez si vous le souhaitez les retrouver dans cet excellent article : https://publicdomainreview.org/collections/a-pictorial-history-of-santa-claus/

    Privilégier l’honnêteté, c’est aussi s’informer et s’appuyer sur des faits plutôt que des croyances. Un mensonge répété dix mille fois ne devrait jamais devenir une vérité.

    Merci pour votre article,
    Lucas.

    • parents, ça s'apprend !

      Merci pour votre message. Je ne crois pas que le père noël ait été inventé par coca cola mais qu’ Il est passé de vert à rouge suite à une pub coca cola. Mais vous avez raison, je n’ai pas été revérifier ce point, c’était un vieu souvenir . Merci pour l’article que j’irai lire.

  • femmeetmere

    On ne m’a jamais fait croire au père noël enfant car ça avait été une déception pour ma mère lors de la découverte du mensonge dans son enfance à elle. Et pourtant j’avais pour ma part une sensation de manque de « culture » de groupe autour de ce sujet avec mes camarades, une sensation d’exculsion des groupes d’enfants de tous âges à cette période-là, comme la sensation d’être mise dans le « camp des adultes » trop tôt sans qu’on ne m’ai ni demandé mon avis, ni laissé le choix. Comme il n’y avait pas non plus de croyance religieuse rattachée à Noël dans ma famille, c’était une période socialement un peu morne du coup.
    Pour nos enfants nous avons introduit le père noël mais pas de manière unique pour l’enfant, en répondant avec franchise aussi lors de leurs questionnements sur la véracité ou non. Questionnements arrivés à des âges et intensités différents selon les enfants. J’ai toujours dit que le père Noël était une jolie histoire que les adultes aimaient bcp raconter, sans dire que c’était vrai ni que c’était faux. Car comme beaucoup de croyances, son intérêt à mon avis réside dans le choix d’y croire ou non, dans une action volontaire de la part de chacun.e. .
    Chacun de nos enfants a pu choisir d’y croire ou non selon les contextes et les âges. Cela leur permet de partager la joie de la remise de cadeau-livre organisée par l’association de parents d’élèves du village en mm temps que leurs camarades par exemple, de partager ensuite la connivence avec les enfants plus grands qui aiment quand même recevoir ce cadeau-livre avec la clémentine tout en cherchant à trouver quel est l’ homme du village déguisé cette année-là sous le grand manteau rouge. Cela nous permet avec eux de chercher -et voir ^^ (j’adore toujours autant car je le « vois » aussi toujours avec les plus jeunes 🙂 ) – le traîneau dans le ciel lors de la balade digestive le soir de Noêl. Ca leur permet d’être aussi en lien avec la réalité puisque nous n’avons jamais fait de « liste » puisque pour nous un cadeau ça se reçoit, ça ne se demande pas, mais en cas de vraie très grosse envie ou besoin matériel « pour Noël », ce sont les parents et grands-parents qui « communiquent avec le père Noël », ce qui n’est pas faux sur le point de vue du concept.
    Chacun de nos enfants a choisi de ne plus y croire lorsque son temps perso a été venu. Cela a souvent été une grande joie pour eux (je me souviens de l’énorme sourire de mon aînée lorsqu’elle a fait le raisonnement toute seule à côté de moi) de découvrir que ce n’était pas le père Noël mais les parents et grands-parents qui amenaient un cadeau sans attente de remerciements :-), et seulement pour l’un de nos enfants, la découverte a été difficile non pas sur le mensonge puisqu’on avait toujours dit que c’était une belle histoire qu’on aimait raconter, mais sur le fait que la magie réelle n’existait pas comme dans cette histoire ou dans les autres. La même déception/frustration que de constater que la magie du monde d’Harry Potter n’existe pas en vrai sans que personne n’ait cherché à le lui faire croire, mais simplement parce que pour cet enfant-là, la magie racontée dans les histoires était et est toujours très importante dans sa vie et ses souhaits :-).
    En résumé, je dirais qu’il faut surtout rester ouvert et honnête avec soi-même. Si l’on aime la « magie » de l’histoire du père noël, on peut en parler en restant conscient de notre plaisir à nous sans chercher à l’imposer aux autres non plus. Et rester ouvert à CHAQUE enfant et à son monde imaginaire et mode de fonctionnement. Pour certains telle option sera préférable à telle autre, et pour son frère ou soeur ça pourra être l’inverse, sans que l’on ne puisse deviner à l’avance lequel sera le plus adapté à l’un.e ou à l’autre :-). Rester souple et ouvert donc, et honnête avec soi-même et avec l’enfant. Les histoires on en a plein tout le temps, c’est une forme de croyance, que l’on peut relayer avec force ou souplesse, ce qui contribue aussi à la magie et à la création de l’imaginaire personnel dans l’imaginaire collectif :-). Joyeux futur Noël!

    • parents, ça s'apprend !

      Merci du partage…. Et tout a fait d’accord avec votre conclusion. D’ailleurs je ne cherche pas spécialement à convaincre avec cet article, je partage juste ma réflexion. A la.base, notre choix est parti de notre malaise à l’idée de mentir. J’ai ressenti à un moment le besoin d’objectifs parce que je n’avais pas encore assez confiance dans mon intuition de maman pour justifier mes choix. J’avais besoin de rationaliser. Mais je vous rejoins sur le fait qu’il faut choisir l’option avec laquelle on est le plus à l’aise ET en conscience.

  • Tbiarneix

    Nous avons fait le même choix.
    Le plus étonnant étant le regard extérieur (les autres parents) qui peut nous reprocher de mettre à mal leur propre mensonge.
    Nous devrions donc mentir à nos enfants pour ne pas casser le mensonge des autres…

    (Petite précision, Coca-Cola n’a rien à voir avec la création du père Noël ni dans sa couleur rouge par ailleurs…).

    • parents, ça s'apprend !

      Bonjour, merci pour votre commentaire ! Pour l’instant, ici nous ne sommes pas vraiment confrontés aux autres parents, puisqu’il n’y a pas encore de cousins/cousines et pas d’école. Mais je peux bien imaginer le type de remarques dont vous parlez ! (Je sais que Coca Cola n’a pas inventé le Père Noël, mais dans mon souvenir, il l’a fait passé de vert à rouge suite à une pub? )

  • Anne

    Ici nous avons beaucoup hésité, à force d’entendre des idées contradictoires. Mais mentir nous gênait. Nous n’avons donc pas tranché en prenant le parti de ne pas lui en parler. On parle de Noël, pas du père Noël. On ne l’emmène pas sur les genoux des monsieurs en rouge dans les magasins, nous n’ecrivons pas de lettre au père Noël… Depuis ses 3 ans elle me pose la question, et je lui demande ce qu’elle en pense. (pour la petite souris, elle m’a demandé de carrément lui dire). Elle sait qu’il n’existe pas (plusieurs réflexions en ce sens de sa part) et a choisi de continuer à y croire. Cette année, 5 ans, sera la dernière je pense : on va préparer une partie des cadeaux avec elle.

  • Cassambre

    Je me retrouve très bien dans votre article et suis toujours mal à l’aise sur cette question. Parce que c’etait pour moi très clair de ne pas duper mes enfants, mais c’était sans compter tout le monde extérieur ! Je me souviens avoir eu le sentiment de trahison étant môme quand j’ai découvert la vérité et ne voulais pas tomber là-dedans avec mes enfant.
    Le père Noël, la petite souris… c’est un peu comme avec Dieu, ça existe pour ceux qui y croit. C’est ce qu’on leur dit.

    Sauf que pour le Père Noël, il y a un autre aspect qui me dérange… c’est la façon de pousser nos enfants sur les genoux de cet inconnu mal déguisé alors que le reste du temps on leur demande de ne pas être intime avec les inconnus. Contradictoire, non ?

    Ils savent qu’entre adultes, nous sommes des Parents Noël. Mais ces propos noyés dans ceux des proches, de l’ecole… les entendent ils ? Mon aînée à 6 ans, je vais rapidement le découvrir je pense.

    • parents, ça s'apprend !

      Merci pour votre partage! Il y a en effet beaucoup de contradictions autour de cette tradition. Le mensonge mais c’est pas bien de mentir, celle que vous citez avec les genoux du père noël, faire du chantage au père noël ( bonjour la.magie de noël!)… Après, pour ce qui est de l’entourage… J’ai l’impression que certains enfants ont envie de croire même si au fond ils ne croient pas vraiment. Et puis, ca n’enlève rien au fait que vous aurez tenue votre ligne de conduite et que votre enfant ne vous tiendra donc probablement pas responsable de sa déception si jamais il en ressent une !

  • Isabelle

    Je suis tout a fait d’accord moi et mon conjoint avons choisit de ne pas faire croire au père Noël à notre garçon. Ayant toujours dit à notre enfant de nous dire la vérité lorsqu’il arrive un incident, on ce voit mal de lui mentir. On c’est fait juger par notre entourage de notre décision mais pour nous l’honneteté est plus important que dire un mensonge pour faire perdurer une tradition bassé sur du matériel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *