mère au foyer
Parentalité consciente

Mère au foyer: un choix égoïste?

L’autre jour, on a eu une dispute conversation animée avec B. Il me parlait de son souhait d’aller courir plus souvent. Dire que je n’ai pas fait preuve d’un grand enthousiasme est un euphémisme. Direct dans ma tête c’était: allez encore moins de soutien pour moi avec les enfants.



Au final, deux personnes qui discutent de leurs besoins (faire du sport VS avoir du soutien)… de manière maladroite en mode chacun défend son bout de gras.

A un moment, B. me lance « nan, mais si ça te soule, tu retournes bosser et tu met L. à l’école et A. à la crèche et voila t’auras du temps pour souffler! ». Un peu choquée, je lui réponds: « Mais tu crois, que je les garde avec moi pour quoi au fait? ». Et là, coup de grâce « Pour te faire plaisir« .. WTF?!?

Je sais pas comment vous l’auriez pris, mais moi TRES MAL. Genre, c’est un choix égoïste. Genre, il n’a rien écouté de tout ce que je lui ai dit sur les bénéfices pour mes enfants, les avantages de l’IEF. Il nie la valeur de mon engagement quotidien.

Ce soir là, on s’est dit bonne nuit un peu fachés et finalement, je me suis relevée pour lui écrire un mail. Pour moi, écrire est une bonne manière de mettre les choses à plat et à froid !

Voilà ce que je lui ai écrit

Pourquoi je garde mes enfants à la maison

Pour respecter leur rythme. Qu’ils puissent dormir autant que nécessaire. A l’heure ou ils en ont besoin. Qu’ils mangent quand ils ont faim. Qu’ils aillent aux toilettes quand ils en ont besoin.

Pour un rythme plus cool pour toute la famille. En se levant à 6h45, les enfants sont rarement habillés avant 9h. Tu visualises bien la course le matin, si on devait les déposer à l’école / la crèche pour 8h?  En ce moment, on dîne à 18h30 et les enfants sont couchés à 20h00 ce qui nous permet d’avoir une soirée. Impossible si je rentrais d’une journée de travail.

Pour être sure que des adultes bienveillants s’occupent d’eux. Qu’on ne les force pas à manger, à dormir. Qu’on ne les punisse pas. Qu’ils ne subissent pas de chantages, d’humiliations, de moqueries. De violences physiques, de harcèlement, d’abus dans les cas extrêmes. Dont on ne serait pas au courant. Pour que leurs émotions soient accueillies.

Pour être sûrs qu’ils ne soient pas jugés, évalués, comparés. A l’âge où ils se construisent et construisent leur estime d’eux mêmes.

Pour nourrir leur besoin de sécurité. En limitant les séparations d’avec leur figure d’attachement. Leur donner toute ma présence pour qu’ils puissent mieux voler de leurs propres ailes plus tard. Remplir le réservoir d’amour pour qu’ils puissent rouler plus loin. Tu vois l’idée.

Pour qu’ils puissent vivre leurs vies d’enfants. Jouer quand ils veulent. Courir quand ils veulent. Grimper où ils veulent.

Pour respecter leurs individualités, encourager leurs talents propres, leurs intérêts personnels. Ne pas forcer les apprentissages mais les accompagner. Apprendre dans la joie, apprendre dans le quotidien, apprendre ensemble.

Pour leur permettre de tisser des liens forts entre frères. Pour moi tisser des liens plus forts avec eux. Et réciproquement. Les connaitre encore plus.

Est ce que ça me fait plaisir de faire ca?

Oui, parce que je suis persuadée que c’est ce qui est mieux pour eux ( cf ci dessus). Aussi parce que c’est la joie de partager le quotidien, les découvertes avec eux. De les voir grandir. D’être la spectatrice de toutes leurs acquisitions. De créer des liens encore plus forts, une meilleure connaissance mutuelle.

Mais non, « je ne me fais pas plaisir » en les gardant à mes côtés. C’est aussi des contraintes et des petits sacrifices chaque jour. Quasiment zéro temps sans enfants sauf de 20h à 22h. Et pendant ces deux heures, finir de s’occuper de la maison. Aller aux toilettes avec eux, faire la cuisine avec A. dans les bras, faire les courses avec eux (aah, les courses avec deux enfants en bas âge!). Gérer TOUTES les crises de la journée, TOUS les conflits entre frères. Mettre 3 paires de chaussures, 3 manteaux, 3 ceintures de sécurité à CHAQUE fois qu’on sort. Et les enlever. Faire le repas, mettre la table, la débarrasser, passer le balai 3 fois par jour. C’est aussi moins de vie sociale que si je travaillais.

Oui, c’est un choix que je fais

Qu’ON a fait, d’ailleurs!! Parce que globalement je crois qu’il est meilleur pour eux. Et que je ne me vois pas faire autrement que ce que je pense être mieux pour eux. Oui, d’une certaine façon j’y trouve mon compte sinon je ferai autrement. Ça ne veut pas dire que j’aime TOUT de cette vie. Et en particulier, parfois j’étouffe un peu, c’est vrai, de ne pas avoir plus de temps pour moi.

Et quand je  râle quand tu m’annonces que maintenant tu vas aller courir trois fois par semaine, c’est parce que ca m’enlève une partie du peu de relais que j’ai et sur lequel je compte. Pas parce que je n’aime pas ce que je fais. Parce que juste j’ai des besoins que je ne peux pas assouvir avec deux enfants dans les pattes.

Quand je râle parce que tu envisages de m’enlever une partie de ce soutien, je suis triste quand tu en tires la conclusion que je n’ai qu’a mettre L. a l’école et A. a la crèche. Comme si ce que je faisais n’avais aucune valeur.

Alors oui, toi aussi tes journées sont chargées et tu as peu de temps pour toi. J’entends tes besoins et en particulier celui de faire du sport. Mais quand la réalisation de tes besoins empiète sur celle des miens, je trouve ca injuste. Je ne dis pas que tu ne dois pas aller courir. Je dis juste qu’avant de prendre ta décision, j’aimerai que tu évalues les conséquences pour moi. Et qu’on trouve une manière de faire qui nous permette de concilier nos besoins !

Edit: on a réussi à en reparler et à trouver des solutions qui conviennent à tout le monde. En CNV, on dit que les besoins sont TOUJOURS conciliables. Ce qui peut ne pas l’être, ce sont les stratégies pour les assouvir 😉 

Et vous, vivez vous ce genre de discussions avec vos conjoints?

Vous aimez cet article? Je serai contente que vous me le fassiez savoir, en likant ou en commentant ! N’hésitez pas aussi à aller faire un tour sur ma page facebook pour plus de contenu.

2 commentaires

  • parents, ça s'apprend !

    Mais oui, c’est un choix tellement naturel… et pourtant rendu tellement compliqué dans nos sociétés!
    Je pense qu’on ne devrait pas avoir à choisir entre élever ses enfants ou travailler… Je rêve parfois de vivre en tribu pour pouvoir tout concilier ! 😅

  • Educ'en'action

    Je fais partie des gens qui considèrent que la fonction de parent s’apprend et est un métier à part entière, qui devrait être rémunéré. Vous faites un choix très courageux que de porter tout cela. C’est exactement comme cela que je voudrai élever mon enfant le moment venu. J’admire beaucoup ce choix éducatif 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimez mes articles ? Super ! Suivez-moi :)