fréquence laver ses enfants
Parentalité consciente

Pourquoi je ne lave (quasiment) pas mes enfants?

Dans nos sociétés modernes, l’hygiène a une place prépondérante. Si nous devons reconnaitre qu’elle a permis de limiter les infections et les propagations d’épidémies, elle est chez nous poussée à son comble. La douche quotidienne y est la norme. Alors même qu’elle n’est pas forcément conseillée d’un point de vue dermatologique. Pour ne pas citer les aspects économiques et écologiques.

Tout cela a conditionné mon rapport à l’hygiène de mes enfants. Puis, ma façon de voir à évoluer vers (beaucoup) plus de souplesse.

Au commencement, nous avions du savon

Mon Grand n’était même pas né, que nous avions déjà un stock de savon hypoallergenique -qui-respecte-la-peau-des-bébés-toussa-toussa.. Nous l’avions choisi sur recommandation d’une collègue de B. qui avait vanté que « ça sentait bon le bébé ».

Ah le petit fumet de bébé qui sent le propre. On passerait la journée le nez sur les  cheveux hein?

Les premiers mois, Mon Grand a été lavé au savon. Et nous avons donc été de nombreuses fois congratulés sur sa bonne odeur de bébé.

Et depuis, nous n’utilisons quasiment plus de savon et même nous ne lavons quasiment pas nos enfants. Mais, que s’est-il passé???

L’arrêt du savon, le déclic

Il y a environ trois ans, il y a eu une période où l’on a énormément entendu parlé des perturbateurs endocriniens. A ce moment là, de nombreux produits d’hygiène soi-disant adaptés aux bébés ont été incriminés.

Pour rappel, les perturbateurs endocriniens  sont « des substances chimiques d’origine naturelle ou artificielle étrangères à l’organisme. Elles peuvent interférer avec le fonctionnement du système endocrinien. Et induire ainsi des effets délétères sur cet organisme ou sur ses descendants » ( pour aller plus loin ).

Bref, des substances pas glop du tout. Et présentes dans la plupart des produits d’hygiène, dans l’alimentation (pesticides, emballages…), dans les couches de vos bébés,… Enfin bref, un peu partout.

Etant déjà entré dans un mode de consommation plus responsable et soucieux de la santé de notre bébé, nous nous sommes alors mis en recherche d’une alternative. Mais franchement, écumer les étiquettes de gel douche n’est pas notre hobby favori. De plus, il semblait que les rares savons qui ne rendraient pas mon fils malade d’un cancer nécessitaient de faire un emprunt à la banque.

laver ses enfants
Merci monsieur le banquier, avec ça je devrais avoir de quoi laver mes enfants pendant 2 bons mois                                                                       

Un jour, ô joie, j’entendis un pédiatre à la radio dire que l’on pouvait très bien laver les bébés uniquement à l’eau. Sauf cas extrêmes, bien sûr –  roulage dans la boue, caca explosif, roulage dans le caca…

Ni une, ni deux, on a donc passé Mon Grand au régime sans savon. Ce qui ne la pas perturbé du tout. Comme chacun sait que le seul intérêt de prendre un bain est de transvaser de l’eau d’un pot à l’autre. Ou encore mieux par dessus la baignoire.

Après plusieurs jours de ce régime, nous avons constaté que notre enfant ne puait pas, ce qui était déjà un bon point. Mieux, il n’avait même pas l’air plus sale que les autres.

L’arrêt du bain, le déclic

Plus tard, quand Mon Grand a eu trois ans environ, il a commencé à bouder le bain. Pendant plusieurs semaines, cela a été source de tensions. Car je m’accrochais à l’idée qu’un enfant devait être lavé au moins tous les deux jours. En plus, avec le rythme des journées d’école, le soir c’était vraiment la course entre le diner, le bain, le coucher….

Un jour que je discutais avec une maman de l’école de Mon Grand de ces histoires de bain, elle me dit que chez eux, c’était un bain deux fois par semaine, le mercredi et le dimanche. Et pourtant là encore, ses enfants avaient l’air aussi propres que les autres !

Et alors là ça été comme une révélation. Mes croyances sur le bain se sont trouvées complètement remises en question. Un nouveau monde s’est offert à moi, un monde sans bain !

D’un bain poussif tous les deux jours, on est donc passé à deux fois par semaine. Et puis parfois, un des deux bains passait à la trappe, parce qu’on avait mieux à faire ou que vraiment c’était source de conflit.

J’ai com-plè-te-ment laché prise, mais alors…complètement !

Et maintenant, on en est où?

Il se passe parfois 15 jours sans que mes enfants ne voient une goutte d’eau (on leur lave juste le siège au moment des changements de couche). Quant au shampoing, euh, comment dire… on en fait un quand mars et vénus sont alignés avec la lune (à peu près toutes les Saint – Glinglin en gros).

Maintenant, le bain, c’est quand on a le temps et l’envie. Parfois, c’est tous les jours, parfois tous les 15 jours. Souvent, c’est juste un moment de patouille et une fois de temps en temps, on se frotte un peu.

Et que dit la science de tout ça?

Honnêtement, je n’ai pas cherché beaucoup plus loin que « mes enfants n’ont pas l’air sale ou plus malade que les autres, c’est donc que ce n’est pas mauvais ».

Mais quand même, plusieurs de mes lectures laissent à penser que se laver (trop souvent) aurait plutôt tendance à déséquilibrer la flore bactérienne de la peau. Que ce soit pour les adultes ou les enfants d’ailleurs.

Cela semble être corroboré par ce journaliste qui a fait l’expérience de ne pas se laver pendant 1 mois. Vous trouverez ici son retour, avec quelques explications plus scientifiques.

La morale de l’histoire?

Quoiqu’il en soit, j’ai tiré une morale très importante de ces histoires de bain. Nous nous mettions parfois des limites ou des contraintes qui n’ont pas lieu d’être. Basées sur des croyances inculquées par l’éducation ou l’environnement, elles sont tellement intégrées en nous qu’on ne pense même pas à les remettre en question ! Et ce constat, je l’ai fait plus d’une fois en -un peu plus de – quatre ans de parentalité, je vous en reparlerai…

 

 

 

 

 

Partagez avec amour !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

4 Comments

  • Pillowlava

    J’ai 30 ans passé, deux parents medecin et chez nous le savon ça a toujours été… points stratégiques uniquement! Les mains (mais pour le coup beaucoup de fois dans la journée), aisselles pour les adultes, siège et pieds (beaucoup de marche pieds nus).
    Et si je savonne plus je finis sans peau 😀
    Dans le même genre mon compagnon ne met presque jamais de deo et ne pue pas plus qu’un autre.

  • Zaza

    Quel joli blog avec des articles qui reflètent ma façon de penser avec mes enfants. Tout cela n’étant pas évident dès le début, c’est grâce à des blogs comme le votre que la bienveillance, ou plutôt la conscience a fait tilt ! Bref tout ça pour revenir au sujet du savon !!!! Pour mon grand (6 ans), c’était les savons pour peaux atopiques etc… bien sur jamais d’amélioration !! Et puis vient le stade « j’ai peur du shampoing dans mes yeux » donc on lâche prise et hop plus de shampoing (ni d’eau) et effectivement mon fils ne pue pas !!!!! Il sent lui 🙂 En ce qui concerne le bain, nous n’avons plus de baignoire donc c’est douche et tous les 2 jours !! Pour mon deuz (1 an), j’ai acheté des savons artisanaux. Et là aussi pas tous les jours 🙂 Changes à l’eau et ses fesses se portent bien 🙂 Pour moi aussi (bon douche tous les jours) pas de savon à tous les coups ! il n’y a plus qu’à convaincre mon mari !!!

    • parents, ça s'apprend !

      Merci pour votre commentaire et votre partage qui me fait plaisir…et me sentir moins seule ? quand on fait des choix différent, on passe souvent pour bizarre mais je remarque que la question du savon peut vite nous faire passer pour des hippies un peu dingo-crado! ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *