Parentalité consciente

Arrêtons de donner des ordres aux enfants – 3 alternatives

Recevoir un ordre, ce n’est pas agréable. Ca ne donne pas envie de coopérer. On peut se sentir rabaissé ou avoir le sentiment que notre libre-arbitre est nié.

Pourtant, en tant que parent, nos formulations laissent parfois à désirer. Par manque de temps , par habitude, par soucis d’efficacité, on a tendance à privilégier l’impératif . Lave toi les dents ! Descend de la ! Viens à table !

Alors oui, bien sur, c’est plus rapide que  » aurais tu l’obligence de te joindre à nous pour le déjeuner? ». Mais cela peut vite dégénérer en crise, parce que nos enfants -comme nous- ont besoin d’exercer leur autonomie, de décider pour eux-mêmes et de se sentir considérés. Alors, quand c’est possible, pourquoi ne pas essayer de trouver une alternative?

1. Offrir des choix

Pour reconnaître à nos enfants le droit d’exercer leur libre arbitre, et ce des le plus jeune age, proposons des choix plutôt que de donner des ordres.

Bien sur, il faut proposer uniquement des alternatives qui nous conviennent et non pas un faux choix ou il y aurait une bonne et une mauvaise réponse. Et que l’on tenterait d’orienter.

Par exemple: tu veux d’abord t’habiller ou d’abord te laver les dents ? Le pantalon bleu ou le rouge ? Les histoires du soir ou continuer à jouer un peu plus longtemps ?

Ainsi, on n’impose pas une décision à notre enfant. Il peut décider pour lui, dans un cadre acceptable pour nous. En grandissant, attendez vous a ce qu’il propose de lui même des alternatives supplémentaires.

2. Donner des responsabilités

On sous-estime souvent la capacité de nos enfants à se prendre en charge. On fait à leur place pour aller plus vite, on les dirige pour ne pas qu’ils partent dans tous les sens… Et si on leur faisait confiance en leur offrant la possibilité de gérer leur temps, leurs actes ?

Plutôt que : va d’abord faire ta toilette et t’habiller et tu auras 15 minutes pour jouer avant de partir.

Essayons: nous partons dans 20 minutes. Et laissons operer la magie. En fonction de la maturité de l’enfant il faudra peut être etre plus spécifique ( » nous partons dans 20 minutes. Tu peux gérer ton temps, je te demande juste que tu sois lavé et habillé d’ici la »). Ne pas hésiter à utiliser un timer ou un sablier pour aider l’enfant à se repérer.

3. Faire part de nos besoins

L’alternative la plus évidente à l’ordre , c’est la demande. Plutôt que  » débarrasse ton assiette », on dirait  » peux tu débarrasser tes affaires? » .

Le  » problème  » de la demande, c’est qu’elle peut être acceptée… comme refusée. Et que si l’on formule une demande sans être en mesure d’accepter toutes les réponses, alors ce n’est finalement qu’un ordre déguisé, une manipulation.

Pour rendre l’enfant plus enclin à coopérer ( sans garantie de succès), vous pouvez lui faire part de votre besoin derriere la demande. J’ai besoin de soutien pour débarrasser. J’ai besoin d’ordre, je me sens opressée avec tous ses jouets par terre. C’est important pour moi d’être à l’heure, je me sens mal à l’aise quand on est en retard.

Le langage des besoins et des émotions est universel. Nos enfants le comprennent. Même si pour eux la ponctualité n’est pas une priorité, ils savent ce que mal à l’aise veut dire. Et leur empathie naturelle les amènera certainement à vouloir vous éviter ce sentiment.

Oh, ce n’est pas une garantie qu’ils coopèrent à 100%, parce qu’eux aussi vivent des besoins et émotions. Qu’ils veulent faire entendre. Peut être qu’il faudra un peu d’imagination pour trouver la solution qui concilie tout ca. Ca sera plus long que de donner un ordre et de le faire respecter par la force. Mais plus agréable pour tout le monde au final !

Et vous, vos alternatives aux ordres?

Partagez avec amour !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

One Comment

  • Emilie

    Merci pour cet article très intéressant! Ma fille est encore petite pour donner des exemples, mais je prends note des conseils pour plus tard. J’aimerai mettre en place une éducation bienveillante pour ma fille mais va vraiment falloir qu’effectivement nous revoyons notre façon de s’exprimer ça ne va pas être facile pour tous les jours!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *