questions enfants pourquoi
Parentalité consciente

Cette phrase magique pour répondre aux questions (incessantes) de vos enfants

  Maman, pourquoi l’arbre il est vert? Et pourquoi on dit vert comme un verre? A ton avis, si je tape l’arbre très fort tu crois qu’il va tomber? Et si je cours à super-vitesse et après je le tape fort il va tomber? Si vous avez un enfant  entre 3 et 6 ans, je parie que vous avez une petite idée de ce dont je parle ! Alors, oui, d’un coté, c’est super chouette de commencer à avoir des échanges élaborés avec son enfant (ça change de « gaga? oui c’est le gâteau! »)… d’un autre côté, y’a des moments, où on a juste envie QU’ILS SE TAISENT !! Alors, voici quelques repères et astuces pour nourrir la curiosité de vos enfants… en sauvegardant votre bien-être mental.

Ses questions sont fondamentales

Arrivé vers l’âge de 3 ans, votre enfant a accumulé pas mal de vocabulaire.  Il découvre que le langage est un outil de compréhension du monde, qui lui permet d’appréhender son environnement. C’est donc super important de considérer avec intérêt chacune de ses questions. Oui, chacune! Même si elles nous paraissent simples ! Votre enfant est comme un petit extraterrestre qui débarque dans un monde inconnu. Aucune question n’est stupide, aucune évidence n’en est une et chaque sujet vaut la peine qu’on s’y arrête. Alors, autant que possible… répondez à la curiosité de vos enfants.

Et quand je ne sais pas  répondre?

Ne cachez pas votre ignorance, elle est un précieux cadeau ! C’est super pour un enfant de se rendre compte que même les grands ne savent pas tout. Vous imaginez un peu, vivre dans un monde où on aurait l’impression que les autres savent tout? Ça serait complexant non? Un coup à garder ses questions pour soi ! Et puis, surtout, c’est l’occasion de chercher la réponse ensemble : sur internet, dans un livre, en interrogeant un expert. Vous offrez ainsi à votre enfant un panel de ressources auxquelles il pourra avoir recours par la suite nourrir sa curiosité par lui-même. Enfin, quand il sera plus grand, hein, en attendant, vous allez vous farcir encore quelques « pourquoi? ». En plus, vous apprenez plein de choses au passage, c’est gagnant-gagnant. Par exemple, je suis assez forte en dinosaures depuis quelques mois. Dernièrement, j’ai aussi appris des trucs sur le métro, réveillé des souvenirs sur les arbres qui ne perdent pas leur feuilles et me suis creusé le ciboulot pour expliquer ce qu’est une religion. Alors, quand vous ne savez pas, dites-le avec honnêteté et enthousiasme, vous ne serez pas jugé par votre enfant et ce sera l’occasion de belles découvertes ensemble.

Et quand je suis gêné de répondre?

Maman, pourquoi elle est grosse la dame ? Mais la graine, il l’a met comment dans le ventre de la maman le papa? Et Mamie, elle sera morte bientôt? Vous voyez le genre?
Ces questions qui peuvent vous prendre de court, vous mettre face à votre pudeur ou vous faire craindre la réaction d’un tiers. Quoiqu’il en soit, vous avez toujours la possibilité de différer la réponse. Que ce soit pour réfléchir à la manière adéquate d’amener la réponse ou bien pour avoir la conversation dans un endroit / à un moment où vous êtes plus à l’aise.  Bon, je vous le dis tout de suite, ça marche pas à tous les coups. L’autre jour, dans un magasin, mon fils me demande avec insistance « Maman, pourquoi il est petit le monsieur ». Voyant que le vendeur (qui était nain) faisait mine de ne pas entendre, j’en ai déduit que le sujet était sensible. « Je te réponds quand on est sortis du magasin, je ne suis pas à l’aise là! » « Hein, t’as dit quoi maman, parles plus fort ». Suivi de « Et pourquoi t’es pas à l’aise? ». Bon bref, pour la discrétion on repassera. Mais parfois ça marche, promis. Et sinon, pour les questions qui vous gênent quelque soit le contexte et bien… il faudra prendre sur vous à un moment ou à un autre ! Choisissez des mots simples et concrets. Évitez de tourner autour du pot. Et n’allez pas au-delà de la demande de votre enfant. Je pense que sur certains sujets, mieux vaut en dire pas assez que trop. Et ajuster ensuite. L’enfant saura vous signifier s’il a besoin de plus de détails !

Et la phrase magique quand j’en peux plus des questions?

Ah bah oui, j’ai failli l’oublier – et pourtant c’est le titre !
C’est vrai que parfois, disons le, les questions s’enchaînent et on n’en peut plus ! Surtout celles qu’il a déjà posé 20 fois et dont on sait qu’il a la réponse. Oui poser des questions est un moyen d’assouvir sa curiosité. Mais pas seulement ! C’est aussi un moyen de retenir l’attention ou encore d’entamer le dialogue avec vous sur quelque chose qu’il a vu ou entendu! Alors, n’hésitez pas… à retourner la question à votre enfant « Tu en penses quoi toi? » ou la version courte, si vous êtes au bout du rouleau « à ton avis? ». Soit il posait la question sincèrement et il devra alors faire un effort de reflexion et formuler des hypothèses ce qui est très pédagogique ! Soit il posait la question pour vérifier sa compréhension de quelque chose qu’il a vu ou entendu. Sa réponse sera une bonne occasion pour vous d’amener des précisions et des corrections, ce qui peut s’avérer parfois très nécessaire. Soit, il parlait pour parler et au bout de 2 ou 3 « à ton avis? », je vous assure qu’il passera à autre chose ! Et vous, quelles sont les questions de vos enfants qui vous mettent dans l’embarras? Vous avez aimé cet article? Je serai contente que vous me le disiez en commentaire ou bien en likant. N’hésitez pas aussi à aller faire un tour sur ma page Facebook
Partagez avec amour !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 Comments

  • Athena

    Bonjour,
    j’adore votre blog que je dévore depuis que je l’ai découvert.
    Par contre j’ai un petit coincement sur les questions qui mettent mal à l’aise. en fait, mon coincement, il se situe surtout par rapport aux réponses.
    Le « pourquoi il est petit le monsieur » ou « pourquoi elle est grosse la dame », peut justement être une occasion de mettre en valeur les différences.
    Parce que la nature est riche et nous ne sommes pas tous pareils, et que c’est bien d’apprendre à l’accepter dès le plus jeune âge. Si la personne concernée entend la question de l’enfant, et que la réponse est qu’on ne donnera pas de réponse devant l’adulte concerné, ce dernier risque de percevoir qu’il n’est pas normal. Voire même, qu’il est honteux.
    Alors qu’attirer l’attention sur le fait que tous les arbres ne sont pas les mêmes, toutes les roses même, ne se ressemblent pas et que c’est ce qui fait la richesse de l’homme et de la nature, peut pousser à accepter mieux les différences et à ne pas mettre les gens concernés dans une catégorie « c’est honteux on en parle pas devant eux ».
    puis si il y a d’autres questions qui suivent, on peut poser la question à la personne concernée (si elle semble ouverte à la discussion), ou dire à ce moment qu’on en parle à un autre moment.
    et à la maison parler de génétique et de la condition de nain et de celle de géant (qui sont d’ailleurs toujours des personnes d’exception dans les contes), de métabolisme rapide et lent (des gens prennent du poids en mangeant un bonbon, d’autre n’arrivent pas à en prendre même en mangeant plein de chocolat), parler aussi de la gourmandise ou de l’anorexie…
    Bref, c’est aussi une occasion ne pas stigmatiser les gens différents.

    Voilà juste une autre idée sur comment réagir à certaines questions qu’on pourrait trouver embarrassantes, mais qui évidement n’est pas non plus toujours facile à appliquer…

    Encore merci pour votre blog et vos suggestions de lecture.

    • parents, ça s'apprend !

      Bonjour, merci pour votre commentaire ! Je suis 100% d’accord avec votre réflexion. L’exemple sur lequel je m’étais appuyé pour écrire l’article était basé sur une situation vécue avec un monsieur de petite taille et qui semblait gêné de la remarque de mon fils et à ce moment la je préférais différer 🙂 . Mais oui, quand on se sent à l’aise et que la personne en face à l’air ouverte, ca peut être une super richesse d’ échanger la dessus ! Merci d’avoir élargi le champs de réflexion et merci pour votre retour sur mon blog, ca me fait chaud au coeur ❤️

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *